Language:

Les assureurs maritimes contents de 2017

A l’approche de l’été les assureurs maritimes jettent toujours un coup d’œil en arrière pour se faire une impression des résultats qu’ils ont obtenus conjointement. Les compagnies concernées rassemblent leurs résultats individuels afin de constituer les statistiques du marché 2017. Quatre LOB’s (Lines of Business) sont concernés, c.à.d. 1) les transports de facultés à travers le monde, 2) les transports de marchandises par voie routière (CMR), 3) les assurances casco de navires de mer et 4) les assurances casco navires fluviaux.   

Les chiffres révèlent l’évolution de l’encaissement des primes et la qualité des résultats à l’aide du loss ratio. A partir de cette année les chiffres ne subissent plus l’influence de nouvelles agences venant de l’étranger, mais répertoriées en Belgique. Ils reflètent donc mieux l’évolution du marché.

 

                                 On accounting year as per 31/12/2017

                            GROSS PREMIUM                   TOTAL CLAIMS                 L/R GROSS %

Cargo                     215.837.075                         115.939.345                         53,72

CMR                        26.729.878                           13.210.762                         49,42

Inland Hull               14.446.429                           13.943.816                         96,52

Ocean Hull               34.497.675                           26.043.163                         75,49

 

TOTAL                  291.511.057                           169.137.086                        58,02   

  

Les assurances facultés représentent, avec une contribution de 74%, la majeure partie du marché. La relance de l’économie mondiale n’a pas été suivie. L’encaissement des primes n’a guère évolué. Les frais d’acquisition par contre ont augmenté. Le loss ratio de 2017 s’avère heureusement être le meilleur des dernières années . Et d’après les tableaux run off, les années précédentes aussi évoluent favorablement.   

De par leurs objets, les assurances facultés se déroulent dans un contexte international. La concurrence des marchés internationaux se fait de plus en plus sentir. L’impact du dollar rend difficile de juger les chiffres. L’impression globale montre un joli portefeuille, malgré le fait que les loss ratio ne dépassent pas vraiment la barre de 65% donnée comme objectif.

A l’inverse des assurances facultés, les assurances CMR reflètent bien la situation de haute conjoncture. Le chiffre d’encaissement est en augmentation de 4% ce qui démontre que le secteur se porte assez bien. Les années précédentes connaissent toutes un bon run off, sauf pour 2015 où les chiffres tournent au rouge. Cette année a été marquée par un grand nombre de sinistres graves. Malgré cela il y a bon espoir que 2015 se terminera avec un résultat favorable en descendant sous les 65%.

La marge bénéficiaire reste cependant limitée étant donné les coûts de gestion importants de la branche. Il y a une tendance à l’extension des couvertures très au-delà des limites traditionnelles de la CMR, les transporteurs devenant de plus en plus des opérateurs logistiques multi-task, ou encore sont confrontés à de gros clients qui ne se satisfont plus de la couverture CMR simple. Il y a là un risque si les primes ne tiennent pas compte de ces extensions.

Depuis le début de 2018 le nombre de sinistres augmente rapidement. Il y a un important souci concernant le professionnalisme des chauffeurs de camion. Ils ont besoin d’une bonne formation et d’un encadrement solide, tandis que la profession comme telle n’est plus du tout attrayante et qu’une vague de mises en retraites s’annonce. 

En abordant les assurances casco, la meilleure partie du rapportage se termine. Pour 2016 le loss ratio du corps fluvial s’est détérioré de 30%. Le loss ratio de l’année de souscription 2017 démarre avec le chiffre de 81,10%. 2015 s’écrit aussi en rouge.

C’est une branche à laquelle seulement un petit nombre d’assureurs participent, où la concurrence étrangère joue de plus en plus, et où les transports fluviaux ne se transforment que très lentement par le renouvellement et donc la modernisation de la flottille. Ici aussi il y une  demande de main d’œuvre qualifiée car l’erreur humaine est trop souvent cause de dommages.

Le loss ratio du corps de mer est en rouge pour l’année comptable à cause d’une détérioration des loss ratios des années de souscription de 2016 et 2015. Les années de souscription 2017 et 2016 ne sont pourtant pas si mauvaises que ça. Il faut néanmoins tenir compte d’une baisse considérable (-9%) de l’encaissement des primes.

Mis  à part le corps fluvial, les chiffres démontrent une amélioration systématique de la qualité des portefeuilles et un encaissement des primes constant. Ceci fait que les assureurs maritimes sont contents de 2017. En particulier si on effectue une comparaison avec les marchés étrangers concurrents. 

De nombreux défis doivent néanmoins trouver une solution dans les meilleurs délais. Le statu quo du chiffre d’affaires. L’augmentation des frais d’acquisition. Des résultats qui dépendent trop d’une bonne dose de chance, car le marché a été épargné de sinistres d’envergure. Un afflux de nouvelles réglementations. Le Brexit. Et pour terminer, l’influence étrangère qui se fait ressentir de plus en plus. Ainsi des restructurations importantes s’annoncent qui amèneront une modification du paysage actuel. (AXA-XL Catlin, Navigators-BDM…)

     En savoir plus :

          Secrétariat de l’ Association Royale Belge des Assureurs Maritimes ( ABAM BVT )

          Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.